Akaï APC20

Le début d’année semble propice aux annonces d’Akai. Entre son IPK25 qui transforme l’ iPhone/iPod en synthétiseur, le nouveau MPD26 et la série des APC qui s’agrandit, les nouveautés sont au coeur de l’année 2010 pour le fabricant japonais.

Après la Maschine de Native Instrument, Akai répond par son APC40 puis l’APC20.

Contrôleur pour Abelton, cette nouvelle bestiole veut de toute évidence faire trembler Maschine, ou du moins ne pas laisser Native Instrument seul sur le marché des Bundle Hard+Soft optimisés. (bien qu’il existe déjà LaunchPad de Novation pour Abelton)

Si jusqu’à maintenant on prenait un MPD24 que l’on couplait avec Logic, Live, Reason ou n’importe quel autre logiciel, l’évolution veut que le soft et le hard soient parfaitement unifiés et fonctionnent excellemment ensemble. Pour preuve, aucun Mapping n’est requis pour l’APC40/20, chaque bouton et fader est déjà mappé pour Live et la communication entre le logiciel et le matériel est optimisée.

Existant déjà en version 40 (à 430 euros tout de même, ce qui reste dans la gamme de prix de Maschine), la petite sœur, APC 20, arrive donc à un prix plus faible (pas encore annoncé).

Développé pour le live (bien que l’on puisse tout a fait s’en servir en studio pour de la production), ce contrôleur bénéficie de l’ensemble des mises à jour des contrôleurs d’aujourd’hui avec des Pads lumineux qui permettent de mémoriser plus facilement et dans le noir quel son est contrôlé par quel Pad, un châssis-métal et est livré avec une version spécifique de Live : Ableton Live Akai Professional APC Edition (que certains trouvent trop light).

Esthétiquement, comme l’ensemble de la nouvelle gamme Akai, je trouve ce contrôleur sublime, aussi comme l’ensemble des produits Akaï, je trouve son prix élevé mais celui-ci se justifie peut-être par la stabilité qui règne entre le matériel et le logiciel ?!?

Laisser un commentaire