Disiz au Fnac Live Festival

Hier démarrait la 9ème édition du FNAC Live Festival sur le parvis de l’hôtel de ville pour quatre jours avec notamment Irma, 1995, Charlie Winston, Pony Pony Run Run ou encore Disiz…

J’en ai donc profité pour rencontrer Disiz avant sa montée sur scène. Et pour cette rencontre, j’ai rangé caméra et appareil photo, pour une discussion sans filet. Juste lui et moi.

L’occasion de me faire expliquer le parcours de l’une des plumes les plus talentueuses du rap français par un mec super cool qui m’accueillit le sourire aux lèvres dans sa loge.

A l’instar de nombreux rappeurs des années 90′, Disiz se défini lui même comme avoir été MC de maisons de quartiers avant la sortie de l’album « Le Poisson Rouge » reconnaissant avoir connu un décalage entre l’avant et l’après et s’être mit des barrières de langage, d’image, de style, qui ont « pollué » ce qu’il est vraiment dans la vie de tous les jours.

Quelques années pour murir, se détacher des clichés du rap aux antipodes de qui il est vraiment, mais aussi, quelques années pour accepter sa propre vision de la musique et le voilà de retour avec Lucide.
Un album dont le mot clef est DÉ-COM-PLEX-É !

Au travers de Lucide, c’est le vrai Disiz que nous retrouvons, le même que dans la vie de tous les jours.
A l’image de ses clips, c’est cette simplicité retrouvée qui donne à ce 8 titres cette énergie. Quand je vois celui de Toussa Toussa, Mon Amour ou La Luciole je ne peux pas m’empêcher de me dire qu’il y a une véritable énergie positive autour de ce projet et de l’équipe qui l’entoure.

Mais même plus! On sent que les gars sont bons, professionnellement mais aussi humainement, et après tout, c’est aussi ce que je recherche lorsque j’écoute un artiste.
Pas uniquement que le gars produise de la bonne musique, qu’il ait aussi des valeurs et des convictions qui me parlent.

Disiz fait parti de ceux là et nous offre un album qui vaut largement le détour.
Big Up!

Laisser un commentaire