Eloge d’une époque en perdition…

Il n’y a pas que dans le rap français que les anciens se font déclasser malgré leur talent, le rap US aussi connaît ses métamorphoses. Étonnement on l’accepte tout de suite mieux d’ailleurs.

Alors juste logique des choses ou accident de parcours?

Dans les années 2000 les plus gros sons de rap US sortaient des machines d’un certain Dr Dre déjà en place depuis quelques temps qui apparaissait cette fois-ci accompagné de toute une équipe dont Snoop Dog évidemment, Eminem, X Zibit, Nate Dogg, Hittman et tant d’autres. C’était l’Epoque, les années lourdes. Pas un son ne sortait sans que l’on s’arrache les cheveux dessus!
Certain se souviennent probablement du gros « The Up In Smoke Tour », tournée de dingue à l’occasion de l’album Chronic 2001.

Mais comme tout, ils connurent leur heure de gloire, le sommet de leur carrière entre 1999 et 2003, l’apogée avec le fameux Chronic 2001 sortie en 1999 renfermant 21 tueries et qui s’est écoulé à plus de 550 000 unités en 1 semaine! A suivi en 2002 le superbe film « 8 Miles » dans lequel Eminem joue son propre rôle avec brio et dont la BO qu’il écrivit pendant le tournage est toute autant poignante que le film.

Je n’aime pas dire ça, mais honnêtement, si t’as pas connue cette époque, bah t’as raté quelque chose d’absolument fou…!

Et puis l’érosion musicale les heurta, l’érosion commerciale aussi. Les problèmes de drogues d’Eminem, les albums n’ayant pas le même échos que les précédents malgré les bons chiffres de ventes, les histoires de gros sous aussi, bref, le déclin.

Mais s’il y a bien une chose qui ne changea pas, c’est l’aura que le duo, Dr Dre/ Eminem déposa sur le hip-hop.

Les Lil’ Wayne, Rick Ross et autre DJ Khaled ont leur style d’aujourd’hui, c’est bien, mais très franchement, je n’ai pas le sentiment qu’ils dégagent la même énergie et qu’ils fassent de la musique dans le même état d’esprit (je ne suis pas naïf non plus attention), mais je ne m’y fais pas.

C’est marketé à la sauce « produit de grande consommation », c’est répétitif, téléphoné, destiné aux clubs avant d’être destiné aux vibes, bref, c’est plat…

Oui, il y a bien un Lolipop, un She Will ou un My Life pour rappeler que les gars sont quand même les meilleurs aujourd’hui, surtout dans les prod d’ailleurs, mais quand même…

J’ai sacrément du mal à oublier un Still Dre, un Forgot About Dre ou un Next Episode

Même si les derniers album d’Eminem sont double, triple ou quadruple disque de platine, j’ai l’impression que leur style fait moins échos aujourd’hui. Pourtant, Eminem est sans aucun doute l’un des plus grand rappeur de tout les temps, bien loin devant Rick Ross, Drake et ses copains…

Je porte à Eminem une admiration d’autant plus grande que sa réussite dans le rap US est méritée quand on sait là d’où il vient et comment il a réussi à se faire accepter dans cet univers.

Quand je vois un clip ou un live d’Eminem ou de Dr Dre et celui d’un Drake, il n’y a pas photo!
Eminem est dans le vrai quand l’autre est dans le faux de la tête aux pieds… Même ses émotions et ses paroles sont fausses en plus de son style…

L’un à 39 ans l’autre en à 25… C’est peut-être là que ce fait la différence. Je ne sais pas, mais il y a juste à regarder ça pour comprendre…

Battle Finale 8 Miles:

Eminem: Beautiful

Dr Dre & Eminem: Forgot About Dre

Dre, Eminem, X Zibit: Up in Smoke Tour Live

Laisser un commentaire