Et dans le marasme musicale ambiant…

Avec un titre comme ça, j’ai commencé par me demandé si j’étais devenu complètement aigri ou si la musique de merde m’avait abruti…

En même temps, lorsqu’on voit des « récompenses » aussi pathétiques que les NRJ Musique Awards qui sont quand même à la musique ce que Pascal le Grand Frère est à l’éducation, l’ adoration des Brigittes, escroquerie organisée ou les enchantements puis les polémiques autour de Lana del Rey entre nouvelle diva et pompeuse de chanson grecque, j’ai franchement envie de dire qu’à crier à la crise en faisant de la merde, et bien il ne faut pas s’étonner de la prendre en pleine gueule.

Heureusement, oui heureusement que dans tout ça il y a encore des disques qui sortent du lot et qui s’inscrivent dans la durée.

Oui, je parle de Youssoupha et de son nouvel album Noir Désir.

Alors évidemment, vous allez me dire que sortir du lot quand il n’y a que de la merde autour c’est quand même plus facile que lorsque la concurrence de qualité est omniprésente. Et vous aurez entièrement raison.

C’est d’ailleurs le seul bémol que je mettrais à l’engouement (tout de même justifié) de la presse concernant Noir Désir.

Il est clair que l’album de Youssoupha, aussi bien dans les textes que dans les productions musicales est d’une très grande qualité. Indéniablement!

Artistiquement et j’en parlais déjà ici, Youssoupha est un écrivain et un rappeur hors pair.

Mais pas que, j’aime l’engagement de l’homme, si cher à mes yeux et indissociable d’une œuvre, de l’artiste.

Il déclare à libération dans un article du 26 janvier: «La posture et la caricature ne sont pas suffisantes pour faire des disques et se revendiquer artiste. Le rap militant n’est pas mon obsession. Si tu ne fais que dire des vérités incommensurables, écris plutôt un bouquin.»

Voilà ce que nous devrions entendre plus souvent!

Une démarche que devraient suivre tout un tas « d’artistes » qui ont une trouille monstre de l’engagement…
C’est tellement plus facile d’être conformiste, pour plaire à tout le monde dans l’espoir d’être distribué partout. La pensée unique ou comment tuer sa créativité, remarquez, encore faudrait-il en avoir pour ça.

Le fameux Menace de Mort est un titre médiatique fart de l’album et parfaitement réussi, mais pas que. Espérance de vie est un petit bijoux ou encore Poids Plume.

« Comment faire du rap sans prendre position », tout est dit!
Et c’est à mon avis ça, la petite touche d’âme supplémentaire de Yousoupha. En plus de très bien manier les mots à l’écrit comme à l’oral, il met de la conscience humaine et politique dans ses textes. C’est toute la différence. Il est écouté.

Depuis combien de temps n’avions nous pas vu un rappeur dans le Monde et dans Libération tenir un discours intelligent?!

Ça aussi, c’est un message important! Le rap tiré vers le haut, assommant les clichés réducteurs au profit de la réalisation musicale engagée, avec une interview un peu plus travaillée que celles trônant habituellement sur les sites spécialisés rap.

Voilà ce qu’il manquait me semble-t-il dans ce marasme musicale ambiant… Un disque bien produit par une équipe engagée, réfléchie et qui font avancer le mouvement.

On y parle d’amour, de regrets et de rêves en filigranes. Un excellent disque aux productions choisis (celles des Soulchildren ou de CHI sont superbes) qui collent parfaitement au rap de Youssoupha, minutieux et précis.

 

A écouter et à méditer.
Merci Youss’!

2 réflexions au sujet de « Et dans le marasme musicale ambiant… »

  1. T’aurais pu faire un titre du genre « J’suis Faaachéé ! » 😉

    Sinon entièrement d’accord avec toi Tonton, j’ai l’impression que le RAP s’est arrêté à l’album « l’école du micro d’argent » … Bon j’exagère un peu ok, mais sérieux ça pu toute cette daube depuis quelques années (sexion d’assault en tête !!!!)

    Avec Youssoupha, j’ai l’impression de retrouver enfin du bon vieux rap FR !

    La bise poto ! A vendredi !

  2. Je n’ai pas encore écouté l’album. Mais ton article m’a clairement motivé !
    Un beau texte, pour un album qui en vaut le coup, manifestement.

Laisser un commentaire