Le Vinyle du Week End #69

Pour ce vinyle du week-end, au numéro évocateur, après avoir longuement hésité entre deux disques, j’ai finalement choisi le moins « classique » des deux.

Un disque de 1975, un peu rock, un peu jazz, un peu folk. Loin de ce qui ce fait aujourd’hui et pourtant tellement bon… Il s’agit de The Hissing of Summer Lawns de Joni Mitchell.

Pour comprendre pleinement mon choix et le disque en question, il faut revenir dans les années 70′. De nombreux artistes rock & folck ont débutés dans les années 60′, ont connu Woodstock et s’en sont servis artistiquement pour s’ouvrir à une musicalité plus grande par la suite.
Et je prends beaucoup de plaisir à découvrir ce type de musique à l’image de Simon & Garfunkel ou Rickee Lee Jones…

Joni Mitchell en fait partie.

The Hissing of Summer Lawns est son huitième album, pourtant, à l’écoute de celui-ci on retrouve très clairement des essais musicaux et vocaux qu’elle n’aurait peut-être pas tentée plus tôt. Notamment les sonorités africaines, des vocalises et des notes de jazz.

Un mélange à l’image de ce qui se fait aujourd’hui en musique ou l’on va chercher dans plusieurs styles différents des éléments pour arriver à quelque chose de cohérent.

Et pour cet album, on est bien au dessus de « quelque chose de cohérent ». Il y a un peu de cet état d’esprit des cabarets des années 60, des rifs de Jazz et une voix sensuelle aux paroles sensées qui en font un très beau disque. Un peu de sorti de derrière les fagots il vaut largement le détour avec par exemple un titre comme In France they kiss on main street particulièrement intéressant.

Une réflexion au sujet de « Le Vinyle du Week End #69 »

  1. Cool, je connaissais pas celui là.
    Ça me fait pas mal penser à Steely Dan (référence absolue) ce morceau.
    Sinon, je sais pas si tu connais, mais tu te dois (si,si) d’écouter son 10éme album « Mingus », avec Brecker, Shorter, Erskine, Herbie, et surtout, le patron Jaco Pastorius.

Laisser un commentaire