Le Vinyle du Week-End #74

Il y a des artistes comme ça. Des génies qui n’atteignent pas 35 ans. Je pense à Balavoine, à James Dean ou à Sam Cooke pour ne citer qu’eux…

Et c’est justement sur ce dernier que j’avais envie de me pencher ce week-end. Ou plutôt, sur l’un de ses disques posthumes. Il faut dire que bon nombre d’albums et compilations sont sortis les années suivant son décès. Et qu’en fan inconditionnel, j’avais envie de vous présenter l’un de ceux la.

The One and Only, que j’ai trouvé pour quelques euros dans un état très correct.

Rassemblant 10 titres de l’ex chanteur des Soul Stirrers, cette compilation rassemble un panel de chansons aux sonorités différentes, mais au style propre à Sam Cooke qui avec sa voix réussi toujours (à mon sens) à harmoniser chacune des mélodies sur lesquelles il chante.

Entre Soul et R’n’B, Gospel et Blues, Sam Cooke avait atteint au sein de sa nouvelle maison de disque de l’époque RCA un niveau de notoriété publique et artistique dont beaucoup se revendique encore aujourd’hui, mais dont peu on réussi à atteindre en si peu de temps.

Sorti en 1968, 4 ans après sa mort, ce disque ne renferme pas ses « classiques » comme A change is Gonna come ou Wonderful World, mais le grand Jamaica Farewell, ou les superbes Since I Met You Baby et Little Girl Blue. Qui les valent tout autant!

Tout à fait le genre de disque que l’on aime ressortir et laisser tourner sur sa platine.

Laisser un commentaire