Le Vinyle du Week-End #77

Un peu de nouveauté dans le Vinyle du Week-end avec le dernier album d’I AM, Arts Martiens.

Une sortie rap français suffisamment attendue pour que l’on se penche dessus. En plus de revenir lourd avec un album complet (17 titres) toujours aussi conscients et un Akhenaton toujours aussi fort, l’ensemble de l’album a été pensé, à l’image de l’école du Micro d’Arent dans sa globalité avec une pochette extremement bien réalisée!

Sorti le 22 Avril chez Def Jam, Arts Martiens sonne le retour après 6 ans  d’I Am. Comme un coup de poing sur la table, les anciens rappellent qu’ils sont toujours là.

Je me souvient avoir assister au concert parisien d’AKH et Faf la Rage lors de la sortie de We Love New York et je peux vous dire que les gars, à 30 piges bien lavées ou 40 passées sont toujours là! Énergie à bloc!
Cette même énergie que l’on retrouve sur ce disque.

On sent très nettement à l’écoute de certains morceaux, à l’image de Spartiate Spirit par exemple, la maturité du duo Chill/Shurik’N. Et s’il y a bien une chose à retenir sur le fond de cet album, c’est cette maturité et cette conception « réfléchie ». Rien ne semble avoir été laissé au hasard. Les textes sont travaillés, murs, les instru maitrisées et rythmées. Le regard sur la société, le parcours comme un clin d’œil dans le rétroviseur (des samples d’anciens sons sont répartis un peu partout dans l’album), toutes ces petites chose sont là. Et quelque part, c’est ce côté sans prétention qui me plaît. Notamment dans La Part du Démon, Misère ou Dernier Coup d’Eclat par exemple… Puissant!

Avec des instrus travaillées à la MPC 3000 et au SP 1200, cet album bénéficie d’une très belle conception musicale. Et même si la nostalgie et peut-être aussi le fait d’avoir vécu et pris de plein fouet L’École du Micro d’Argent ou Sad Hill à l’époque, me font un peu penser que rien ne sera jamais mieux, lorsqu’on écrit et rap comme Akhenaton ou que l’on compose comme Imhotep, les deux mélanger ne peuvent pas donner autre chose que du bon!

Le titre Habitude avec Faf la Rage est très bien réalisé, un vrai plaisir de l’instru aux paroles et c’est ça que l’on demande. Alors oui, la fraîcheur des années 90’/2000 s’est transformée, elle à évolué. Et si tu t’attends à avoir un Bis Repetita avec l’Ecole du Micro d’Argent, tu risques d’être un peu déçu, mais I Am a gardé l’essentiel, sa qualité de travail et son amour du hip hop! Et ça se sent!

Un album rap constructif, engagé, adulte. Un album solide, qui rappel que le rap n’est pas qu’injurier, vanter les qualités de la drogue ou de la violence, un album rap en vinyle qui mérite toute sa place dans ta collection.

Alors « qui a dit qu’il y avait un age pour rapper au micro? » 😉

Une réflexion au sujet de « Le Vinyle du Week-End #77 »

  1. Les raisons de la colère : Certainement la prod la plus forte de l’album !!
    Et comme le dit si bien AKH :
    « Peace Love and Having Fun », sont devenus « Bitch, Drogue et Heavy Gun » !!!

    Je n’ai pas encore écouté l’album dans son intégralité, mais je suis très heureux de retrouver les papas du rap.
    A quand le prochain NTM ?
    🙂

Laisser un commentaire