Le vinyle pourrait-il aider l’industrie du disque?

Je redécouvre avec saveurs les joies du blog. Et avec du rythme en plus de ça. Mince, je passe plus de temps sur l’administration de wordpress qu’à rédiger mes billets…

Je finis par me fais prendre à mon propre jeu. Moi qui postais tous les jours à l’époque de j’entreprends, me voilà aujourd’hui en manque de temps. Vous me direz tous ça est question d’organisation, et c’est exact.

En recommençant un nouveau blog, je reprends finalement tout du début. C’est un nouveau défi.

Sebi on Flickr
Sebi on Flickr

Bref, j’ai une petite réflexion qui me trotte dans la tête à vous soumettre.
Voilà, on dit que l’économie du disque n’est pas au meilleure de sa forme et que c’est en très grande partie du au manque d’argent généré par les ventes de disques pour cause de téléchargement illégaux, streaming et autre écoute gratuite sur la toile. HADOPI étant la solution au problème…

Ce que je veux bien le concevoir, enfin en partie.

Personnellement je trouve que le produit Compact Disc, n’a rien de beau, de commercial, et qu’il ne donne pas envie.
En rien le produit qui permet d’écouter de la musique aujourd’hui et de rémunérer les artistes par la même occasion n’est esthétique ni émerveillant, vous en conviendrait certainement.
Il a aujourd’hui une image de produit de grande consommation (relativement cher d’ailleurs pour ce que c’est).
Ce qui me conduis à me dire aussi bête que cela puisse paraître, que finalement se serait peut-être les maison de disques qui ne mettrait pas suffisamment en valeur le produit ou qui ne présenterait pas le produit sous la bonne forme. Défaut de marketing ?

Un petit peu quand même… C’est leur job, enfin le gros de leur boulot et ce qui leur permet de vivre… ou pas. Et ce n’est évidemment pas en mettant un livret de 8 pages dans la boîte en plastique et en le vendant 4 euros de plus que la version simple ça va faire plus de vente…

Certes je suis un inconditionnel du vinyle, mais indépendamment de ça, je trouve qu’il n’y a pas photo entre un cd et un vinyle.

L’un fait produit de grande consommation, jetable, fragile, sans valeur sentimentale et personnelle.
L’autre à déjà plus de gueule (ne serait-ce qu’au niveau de la pochette), est moins pratique, je vous l’accorde (encore qu’un vinyle se numérise aussi comme un cd) mais à tellement plus de charme et d’âme. Le disque vinyle a parfois une histoire, même neuf, il a une odeur, il respire le son l’artiste, le plaisir, le voyage vers ce que l’on recherche en écoutant de la musique : le bonheur.

Enfin, je ne vais pas vendre le vinyle au détriment du cd, là n’est pas le propos.

Juste que ce n’est sûrement pas pour rien qu’Universal réédite en disque vinyle au travers de sa nouvelle série Back to Black les classiques du rock, ou de la soul…
Que le dernier album d’Indochine par exemple et de plus en plus de nouveaux albums sortent aussi en vinyles

Alors oui, faire presser son disque en vinyle n’est pas donné à tous les groupes, les consommateurs sont tous équipé pour écouter du cd et pas forcément du vinyle etc…
Mais c’est une piste à mon avis sérieuse à ne pas négliger qui pourrait bien aider l’industrie du disque.

Remis au goût du jour par les dj’s hip-hop puis d’éléctro, le vinyle a à mon avis devant lui une belle carrière à reprendre et pas uniquement pour un usage scratch/mix ou l’aspect nostalgie, vintage… mais aussi sur l’aspect business. Je ne suis pas certain qu’une loi quelle qu’elle soit, puisse avoir un effet assez important pour renverser la tendance.

Je pencherais plutôt sur un regain de complicité entre les artistes et le publique à travers plus de rêve mais pas seulement dans les paroles ou la mélodie…(ou lors des concerts)
Du rêve dans l’objet que l’on achète, pas quelque chose que l’on n’enregistre pas sur son iPod et puis que l’on range dans un placard.
Non, un disque que l’on a plaisir à sortir, que l’on soit heureux d’écouter, qui rien qu’avant que l’on ai pu écouter le début de la première chanson, l’on soit déjà pris d’émotions.

Je me trompe peut-être, mon regard sur la chose est peut-être trop biaisé, mais aujourd’hui, le seul objet qui permette ça, c’est le vinyle, non ?

Une réflexion au sujet de « Le vinyle pourrait-il aider l’industrie du disque? »

Laisser un commentaire