Rocé revient…

Qui ne connaît pas Rocé n’a jamais vraiment écouté de rap français. C’est un peu comme un écolo qui ne connaîtrait pas Daniel Cohn Bendit ou un informaticien qui ne connaîtrait pas MS-DOS…

Premier maxi en 1996, premier album Top Départ en 2002 et le second Identité en Crescendo en 2006, Rocé est comme qui dirait un ancien toujours en place.

Discret, humble et censé, ce rappeur de Thiais est l’un des rares Mc (encore aujourd’hui) à avoir de véritables textes construit et instructif et à ne pas être dans la revendication simpliste.
Né en Algérie en 1977, José Kaminsky fait partie de cette « génération » de rappeur qui attache autant d’importance à la musique qu’aux textes et ça s’entend.

Perso j’apprécie tout particulièrement Rocé pour ses textes et son « passage » par la poésie, une écriture qui me parle.

Son troisième album, L’être humain et le réverbère, sortie en mars 2010 est un retour aux sources hip-hop du soliste trentenaire. Quand des I Am se perdent au fil de leur nouveaux albums depuis l’école du micro d’argent, Rocé (qui n’a pas le même succès commercial) réussi malgré son absence sur la scène rap et médiatique à revenir avec un album, mur, solide et qui donne envie.

Voilà qui contrebalance ce qui se fait dans le rap français depuis quelques temps, un nouveau souffle et c’est suffisamment rare pour en parler.

Une interview de Rocé:

Le clip de « Si Peu Comprennent »

Laisser un commentaire